Le temps, les Vainqueurs

Qui s’interroge sur la moralité du vainqueur
Quand lui appartient le fin mot de l’histoire

Le temps

Le devoir est bon pour les mémoires avides de savoir
Mais ce qui l’emporte c’est bien le pouvoir
Non pas la pommade mal appliquée d’une juste conscience
Qui frustre tant elle fustige

Une grosse épine fend le cœur d’une plaie qui rouvre
Dans les hurlements de douleurs elle m’engouffre.

© Paul Nwesla Biyong
texte déposé n° 444P1A5

Membre du collectif des Poètes mal famés
© Recueils poétiques

Page Rank Check Marie Hurtrel Anne Cillon Perri Art Hurtrel Protected by Copyscape Unique Content Check

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×