Le cri de la veuve

Notre vie est veuve de cet avenir serein
Qu'un matin un malin destin a éteint !
Sous les flots ravageurs des misères ponctuelles
Adultères et pestes, nos ronces perpétuelles

 
La volonté de la vie flâne dans le vide :
Naître sans choisir où ni comment paraître
Le nouveau-né au cœur creux  crie au crime
De cette pure peine qui épine son échine

 
Les enveloppes humanoïdes qui se promènent sur terre,
Savent parler, chanter, danser  mais ne cessent  de faire la guerre
De lourdes ténèbres couvrent complètement notre ère
La chaleur si intense que nous n'envions rien à l'enfer


Le cadavre de l'espoir gît dans les bras de nos ambitions
Aucune étincelle de raison pour consumer cette cape lugubre
Nos pieds, ces guides égarés que nous suivons sans convictions
Dans les multiples voies qu'ont créées nos vives contradictions


Sans foi ni loi,  sans croix ni roi
Sans sang ni saint, sens-tu l'émoi ?
Sans vie, l'esprit trébuche et le corps s'écroule aux pieds du créateur
Et à ce Magicien infatigable de reprendre son œuvre vaine
Œuvre vaine, si l'on vit pour mourir et meurt pour revivre.

© Texte déposé

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Membre du collectif des Poètes mal famés
© Recueils poétiques

Page Rank Check Marie Hurtrel Anne Cillon Perri Art Hurtrel Protected by Copyscape Unique Content Check

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site