Chant martial

J'entends le lointain entonner
L'hymne joyeux des horizons soyeux.
Reste sourd le choeur muet de nos envieux
Car sa ferveur s'est désodée.


J'entends le lointain s'animer,
L'ennemi anémié, l'air mélodieux;
Se dissipe vite un vent furieux
Puisque la mort va arriver.


J'entends le lointain exploser
En dix milliers de lueurs heureuses
Sous le regard hagard des nations haineuses,
Démystifiées et transpercées.

 
Le bout du tunnel me fait sourire,
Cicatrise ces plaies qui me faisaient souffrir.
Cette effusion de joies me fait courir
Vers ma fin que j'embrasse sans maudire.

A tous ceux qui mènent de nobles combats.

© Texte protégé.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Membre du collectif des Poètes mal famés
© Recueils poétiques

Page Rank Check Marie Hurtrel Anne Cillon Perri Art Hurtrel Protected by Copyscape Unique Content Check

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site