Emira

A la berge des divins réconforts,
Je recueille tes impressions naufragées.
De furieux reflux refusent ce corps
Sous le regard des nimbus enragés!

Ta peau, ta chair, ton cœur, tout lacérés!
Des flots d’amertume s’écoulent encore.
Bruyamment se brise une âme attristée
Par l’effet d’un aussi funeste sort.

Maudire toutes les poitrines perlées!
Maudire tous les fronts ensoleillés!
Maudire la confiance aux mentors!
Maudire aussi toutes ces mains sans cors!

Endors ta verve et vis sans pleurer!
Prie sans crier. Ris sans aimer. Diluer
Ses misères dans un contenant fort :
Un avenir vert sur un couchant d’or.

Sors ta pensée du jour enténébré!
Ta destinée, sucrée jusqu’à l’empyrée!
Redoute du doux chant des matamores
Singeant les matadors, sans mise à mort !

© Texte protégé.

Commentaires (2)

1. Paul (site web) 19/02/2009

Cela procure un plaisir immense d'écrire pour guérir l'âme, je t'assure. Et les commentaires y sont pour beaucoup.

2. Marie (site web) 17/02/2009

...oh, mon Dieu...Paul...c'est magnifique !

Douce lecture dans une heure calme, douce évasion sur le chant des mots...précieux cadeaux sur le coeur.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Membre du collectif des Poètes mal famés
© Recueils poétiques

Page Rank Check Marie Hurtrel Anne Cillon Perri Art Hurtrel Protected by Copyscape Unique Content Check

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site