Fleurette

J’entends l’émission d’un son sûr
Quand tes rayons éclairent mon sein pur
Pour le guider vers des jardins de diamants
Où Perla me parle d’un ton charmant.

Je me liquéfie à la force de ton feu
Tant mes yeux et mes joues jouent ton jeu :
Peureux heureux que tu ne sois comme moi,
Si timide, connu à ma tremblante voix.

Pressé par ton courage pour deux, je me lance,
Soignant la saveur de ma vie jadis rance :
Taire ma préscience et jouir de ta présence.

Alliance d’immenses avances de Bien-être.
De nos âmes morcelées, l’Amour, faire maître.
Et sur nos têtes, trente-six chandelles, voir naitre.

© Texte protégé.

Commentaires (2)

1. paul 14/03/2009

Comblés de plaisirs! Toutes les prières trouvant faveurs...

2. Marie (site web) 14/03/2009

De chandelles il pourrait y avoir davantage, sonnés par un coup inattendu des dieux enivrés réunis à la table du temps, sirotant le nectar qui fait de toute raison la déraison et de l'amour une loi...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Membre du collectif des Poètes mal famés
© Recueils poétiques

Page Rank Check Marie Hurtrel Anne Cillon Perri Art Hurtrel Protected by Copyscape Unique Content Check

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×