Les jours éteints

Exista ma terre à l'heure des lueurs généreuses.
Pétillante de santé, elle promenait un éclat nu sur
Le flanc du continent contingent, aire des misères ouvrières.
Ses yeux lumineux promettaient des nuitées chaleureuses;
Ses seins savoureux comme de grosses oranges bien mûres
Ajoutaient au charme des parois polies de son délicieux cratère.


Accroché à ses longues mèches fraîches, je
Me berçais d'illusions, enivré de leurs jeux.
Aux creux de mon palpitant se forgeaient fratrie et paix.
Peu de choses auraient fait dans mes projets un rai.
Reverrai-je ces jours heureux où naquit ma flamme,
L'âme noyée dans la couleur des douleurs aux multiples lames?


Je prie que jamais plus ici nouveau-né ne vagisse, Yanis;
Car les mamelles asséchées, ni mère ni terre n'allaite son fils.
Et le ver rouge est jaune d'amertume, l'UA gardant la gorge si sèche
Que même le fleuve des fratricides n'abreuve!
Preuve qu'ici la vie, d'un avenir sérein demeure veuve,
Malgré ces floraisons au Nord et au Sud, que de printemps criblés de flèches !

© Texte protégé.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Membre du collectif des Poètes mal famés
© Recueils poétiques

Page Rank Check Marie Hurtrel Anne Cillon Perri Art Hurtrel Protected by Copyscape Unique Content Check

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×