Primitifs plumitifs

Où les borgnes sont rois plane mon esprit pèlerin.
Des tonnes de maux au poids de métaux sur mes reins
Endoloris par le choc de multiples échecs
S’échappent en sentences crues chromées de mots chics.


Poésie, amour fidèle de l’amertume,
Baisers vaporeux de fabuleux feux,
Chaleur douce de pulsions qui embrument,
Sève sécrète que l’Inconscient émeut.
 

Tant tu aimes le veau, j’aime les mots, je l’avoue.
Mais vois comme peu de gens comprennent l’avis livré
Dans seize vers verrouillés de belles lettres,
Litres d’absinthe rocé pour des luettes asséchées.


Leur raison est la rime, alors ils rament,
Triment, traitent et friment pour que les leurs se pâment.
Des voix sans voie, impasses textuelles, notre extinction.
Avec un duvet pareil, la plume ne vit que par prétention.

© Texte protégé.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Membre du collectif des Poètes mal famés
© Recueils poétiques

Page Rank Check Marie Hurtrel Anne Cillon Perri Art Hurtrel Protected by Copyscape Unique Content Check

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×