Savoir aimer

Cela faisait une éternité
Que mes yeux ne s'étaient levés
Vers la voie lactée pour y voir
Les sacrés secrets du savoir.


Ces cieux noirs troués de quasars
Ont ébloui ma muse enchantée.
Ivre de vivre libre, j'ai crié
De joie, me pinçant des fois pour y croire.
 

Ma quête quotidienne de la raison, levée,
Je me détends aux chants doux du vent du soir,
Contraires aux symphonies meurtrières des guerriers
De la paix, titulaires funestes de mouroirs.


Que vaut l'humain sans l'achevé savoir?
Un feu dévastateur, une ville enténébrée.
Pauvre songe-creux face à un miroir,
Y verrais-je un jour les Autres comme mes propres reflets.

© Texte protégé.

Commentaires (4)

1. gilda nataf (site web) 08/10/2014

Paul, ça fait un bien fou de te lire ! merci !

2. Paul 10/11/2009

J'aurai cherché quand même non? Elysée, je t'attends sur...tu sais.

3. elyse 09/11/2009

c'est ma premiere visite et déjà mon coeur s'émeut sous la cadence de ta plume.J'examinerai ça profondément plus tard mais ma premiere impression est celui d'un homme à la quète d'un savoir introuvable, indicible.Tu ne verras pas les autres comme ton propre reflet mais tu peux les comprendre par rapport à toi.

4. Marie (site web) 17/02/2009

Tu ne verras jamais les autres comme tes reflets, unique dans un miroir, c'est l'âme seule du poète que tu peux y voir.

Marie

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Membre du collectif des Poètes mal famés
© Recueils poétiques

Page Rank Check Marie Hurtrel Anne Cillon Perri Art Hurtrel Protected by Copyscape Unique Content Check

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×