Dieu des autres

Des pupilles s’éternisent Dans un intarissable lac Deux cents L’herbe brune se flanque sur des chemins Qui ne mènent nulle part Prête à donner au cri des entrailles la mort Des yeux avides sont aimantés Vers l’acier de l’errance et le Cimetière des actes pétrifiés Les fleurs fanées des bouquets inodores Insignifient De jolis pots en porcelaine Alors j’envoie mes vœux Gésir Dans la gorge sans fond du suprême aléa Sous la caresse de prospères effluves éthyliques Qui enivrent la partiale providence Terreau d’innombrables injustices. © Paul Nwesla Biyong
Membre du collectif des Poètes mal famés
© Recueils poétiques

Page Rank Check Marie Hurtrel Anne Cillon Perri Art Hurtrel Protected by Copyscape Unique Content Check

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site